Chers aspirants maires…

21 Oct

je vote
Pour profiter du momentum politique, je viens d’envoyer le courriel suivant aux cinq principaux partis en lutte pour la mairie de Montréal aux élections de ce 1er novembre .

Madame, Monsieur,

En cette période préélectorale, il est temps d’attirer votre attention sur une cause qui nous tient à cœur.

Nous, habitants de Montréal, réclamons l’instauration d’un code de la rue, inspiré par celui que la Belgique a adopté en 2003, et par ceux qui sont actuellement à l’étude en France et dans plusieurs autres pays.

Ces dernières années, les institutions et les citoyens du Québec ont su montrer une attitude progressiste face aux grands enjeux écologiques, économiques, ainsi qu’aux questions de santé et de sécurité publiques du XXIe siècle.

Nous pensons qu’il est temps d’adopter une législation adéquate pour encadrer et responsabiliser les usagers des villes : piétons, cyclistes, automobilistes, professionnels des transports. En appliquant le principe de prudence du plus fort au plus faible, nous voulons en finir avec la loi du plus fort qui favorise l’automobile au détriment des autres modes de déplacement.

Les objectifs du code de la rue :

–  favoriser le développement des transports alternatifs urbains (marche, vélo, jogging, patin, planche à roulettes, etc.);

–  compléter le code de la route, conçu pour les automobiles et imposé à tous;

–  rendre aux piétons et aux cyclistes leur place dans la ville;

–  créer un sentiment de sécurité pour inciter les cyclistes potentiels à s’approprier leur ville;

–  réduire le nombre d’accidents;

–  favoriser l’activité physique;

–  réduire les émissions de gaz polluants;

–  améliorer le dialogue et le respect entre les divers usagers des villes;

–  rationaliser le nombre d’automobiles en ville;

–  valoriser nos agglomérations en réduisant le volume de véhicules motorisés;

–  affirmer un choix de société positif et durable;

–  confirmer le rôle de précurseur du Québec.

Nous ne considérons pas le code de la rue comme une solution-miracle, mais comme une mesure positive pour rendre nos métropoles plus humaines, en parallèle avec le déploiement des réseaux cyclable et piétonnier, le développement des transports en commun, l’incitation au covoiturage, etc.

L’instauration d’un tel code implique une démarche de concertation, une législation adaptée et de légères adaptations des infrastructures urbaines. Outre les bénéfices économiques et sociaux, ce code pourra se lire comme une réponse à la question « que voulons-nous faire de nos villes »?

Le code de la rue est un complément du code de la route, il implique les citoyens comme les institutions.

Nous avons la conviction que votre appui actif, en tant que représentant de la collectivité, peut faire la différence en relayant les attentes des Québécois.

Veuillez agréer, cher aspirant à la mairie de Montréal, l’expression de nos plus cordiales salutations.

[suivent quelques liens en rapport avec le projet]

* * *

En tant que simple citoyen, vous pouvez, vous aussi, envoyer vos doléances aux partis : ils sont justement en mode « promesses » !

Union Montréal : info@unionmontreal.com
Vision Montréal : info@visionmtl.com
Projet Montréal : http://www.projetmontreal.org/contact
Fierté Montréal : info@fiertemontrealpride.com
Parti Montréal : louise.osullivan@partimontrealvillemarie.ca

Je vous tiendrai au courant des réponses… si elles semblent pertinentes. Et n’oubliez pas d’aller voter !

Publicités

La « Sainte-Cath » aux piétons

17 Sep

piétons

C’est le scoop du jour de La Presse : la rue Sainte-Catherine devrait devenir piétonne entre l’avenue Papineau et la rue De Bleury. Le bilan de la piétonnisation du tronçon Berri-Papineau, évoqué sur ce blogue en mai, fait état d’une satifaction globale des commerçants, des résidents et des touristes. C’est bien sûr une excellente nouvelle pour tous ceux qui espèrent retrouver un centre-ville à visage humain.

Bien entendu, la proximité des élections n’est pas étrangère à cette annonce, mais il faut reconnaître qu’elle s’inscrit dans une tendance générale qui dépasse largement l’échelle de notre île…

D’autre part, une étude dévoilée récemment par le maire Tremblay confirme la faisabilité et la rentabilité d’un réseau de tramway à Montréal, une autre façon intéressante de garantir l’accès au centre-ville tout en réduisant la présence automobile.


Les Montréalais veulent moins de voitures en ville

13 Sep

embouteillage

Pour rester dans l’esprit « En ville sans ma voiture ! », voici les résultats d’un sondage tout frais, commandé à Léger Marketing par le Conseil régional de l’environnement de Montréal et portant sur l’approbation des Montréalais à l’égard de diverses mesures environnementales (pdf).

Ce qu’on y lit conforte l’impression que les Montréalais souhaitent de plus en plus changer les choses – du moins théoriquement. En quatre questions, on apprend sans réelle surprise qu’ils sont favorables à de nouveaux accès pour la baignade, pour la protection des espaces verts et contre le chauffage au bois. Mais ce qui retient mon attention et pave la route à l’adoption d’un code de la rue, c’est que 86% des 576 répondants sont en faveur de l’adoption de mesures permettant une réduction des véhicules circulant sur l’île de Montréal. 86%, c’est plus de huit sur dix, ce qu’on appelle une écrasante majorité. Pourquoi cette majorité ne parvient-elle pas encore à obtenir ce qu’elle souhaite ?

Les élections municipales auront lieu le 1er novembre, ce pourrait être le bon moment pour faire bouger les choses. J’espère d’ailleurs avoir le temps de détailler sur ce blogue les programmes de chaque parti pour confronter la vision des candidats à la mairie en matière de transports et d’écologie urbaine.


Journée – et semaine – En ville sans ma voiture !

8 Sep

EVSMV

Organisée par l’Agence Métropolitaine de Transport, la septième édition de la journée En ville sans ma voiture ! aura lieu le mardi 22 septembre. Le thème de l’année est « Bienvenue dans la ville sans voitures », et l’événement s’est doté d’un jovial porte-parole en la personne de l’humoriste Laurent Paquin.

La philosophie de cette journée est tellement proche de ce qui sous-tend le code de la rue que je ne pouvais la passer sous silence. En fait, je ne résisterai même pas à la tentation de vous livrer des extraits de la mission, telle qu’on peut la détailler sur le site officiel :

L’objectif est de favoriser une réflexion commune et de contribuer à faire changer durablement les comportements en faveur de modes de transports collectifs et alternatifs.

Les transports étant responsables de 47 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) et de 10 % des maladies respiratoires dans la région métropolitaine de Montréal, l’événement vise à inciter la population à changer ses habitudes de déplacements en faveur des modes de transports collectifs et actifs.

[…]

Montréal a déjà fait son choix et s’inscrit dans ce mouvement en participant avec succès depuis sept ans à la journée En ville sans ma voiture ! Montréal, la plus petite des grandes métropoles du monde, peut gagner ce pari de sensibilisation populaire. En s’offrant une ville sans voitures, l’espace d’un jour, la population active du centre-ville entre dans le rêve d’une ville d’avenir éco-responsable.

[…]

La congestion continue de croître à Montréal comme dans les autres grands centres urbains de la planète. En plus des problèmes rencontrés dans les différents points d’accès à l’île de Montréal, le centre-ville fait aussi l’objet d’une congestion de plus en plus importante.

Dans ce contexte, ce secteur de la ville revêt une importance symbolique : le centre-ville est le cœur de l’activité économique de Montréal et l’un des plus importants points de convergence vers les lieux d’emploi et d’étude dans la région métropolitaine.

Notons que cette journée internationale concernera chez nous les villes de Montréal et de Québec, cette dernière ayant inscrit l’événement dans sa Semaine des transports collectifs et actifs (STCA), une autre émergence de cette tendance positive à reprendre la ville aux autos. En passant, les concepts de transports collectifs et actifs méritent qu’on y réfléchisse, car il y a probablement dans cette collectivité et dans cette activité les germes des solutions à beaucoup de nos problèmes…

Rendez-vous donc du 16 au 22 septembre à Québec pour la STCA 2009, et le 22 septembre à Québec et à Montréal pour En ville sans ma voiture !


Broadway… sur Sainte-Catherine !

28 Mai

Sainte-Catherine

Pour faire suite au précédent billet, prenez note que les Montréalais aussi pourront avoir dès aujourd’hui un aperçu de l’ambiance d’une rue commerçante rendue aux piétons. Pour la deuxième année consécutive, la très populaire rue Sainte-Catherine sera fermée au traffic automobile entre Berri et Papineau, et ce jusqu’au 8 septembre.

Hormis les quelques efforts d’adaptation (livreurs, riverains, etc.), l’opération a donné des résultats positifs en rendant le secteur plus accueillant aux piétons de toutes sortes, et en favorisant les commerces concernés.

L’arrondissement prévoit une batterie d’activités pour tous les âges et tous les goûts, et ne manque pas de souligner l’aspect écologique de cette décision.

Parallèlement, on attend toujours des nouvelles de la piétonnisation définitive de la rue du Mont-Royal que cet exemple pourrait inspirer.

Ce qui pourrait sembler être une expérience touristique, puisqu’elle ne concerne pour l’instant que la période estivale, est-elle un signe de changement pour nos villes ? Sortirait-on du paradigme désuet selon lequel là où l’automobile n’accède pas, il n’y a pas de vie ?

Allez marcher sur la «Sainte-Cath Est», cet été, et vous verrez que la vie n’a jamais été aussi présente.


Le tram selon Projet Montréal

4 Déc

Projet Montréal

C’est hier, 3 décembre, que le parti politique municipal Projet Montréal a dévoilé sur son site Web sa vision du futur tramway montréalais. Richard Bergeron, urbaniste et aspirant-maire, fait l’apologie du renouveau de ce mode de transport, qualifié de moyen de réinventer la ville, et illustre sont projet urbain avec plans et visuels plutôt alléchants.

Cœur de cette présentation, le document Réussir le retour du tramway à Montréal (PDF) résume l’enjeu et démontre l’ambition de l’équipe. Les concepteurs nous offrent une démonstration de faisabilité sur trois artère stratégiques : le boulevard René-Lévesque, le boulevard Notre-Dame Est, et l’avenue du Mont-Royal. Cette dernière a même droit à un traitement de faveur, puisque Projet Montréal envisage deux aménagements, dont un qui exclut toute circulation automobile !

Voilà donc un projet qui affirme une vision audacieuse, au risque de se mettre à dos certaines catégories d’usagers, principalement les défenseurs de l’automobile. Mais le choix qui consiste à privilégier les transports en commun et les déplacements non motorisés recoupe largement les principes de notre code de la rue.

Les élections municipales sont dans moins d’un an – eh oui ! – et on mesurera à cette occasion la réaction collective à ce genre de propositions.

(Merci à Seb pour l’info)