La « Sainte-Cath » aux piétons

17 Sep

piétons

C’est le scoop du jour de La Presse : la rue Sainte-Catherine devrait devenir piétonne entre l’avenue Papineau et la rue De Bleury. Le bilan de la piétonnisation du tronçon Berri-Papineau, évoqué sur ce blogue en mai, fait état d’une satifaction globale des commerçants, des résidents et des touristes. C’est bien sûr une excellente nouvelle pour tous ceux qui espèrent retrouver un centre-ville à visage humain.

Bien entendu, la proximité des élections n’est pas étrangère à cette annonce, mais il faut reconnaître qu’elle s’inscrit dans une tendance générale qui dépasse largement l’échelle de notre île…

D’autre part, une étude dévoilée récemment par le maire Tremblay confirme la faisabilité et la rentabilité d’un réseau de tramway à Montréal, une autre façon intéressante de garantir l’accès au centre-ville tout en réduisant la présence automobile.


Journée – et semaine – En ville sans ma voiture !

8 Sep

EVSMV

Organisée par l’Agence Métropolitaine de Transport, la septième édition de la journée En ville sans ma voiture ! aura lieu le mardi 22 septembre. Le thème de l’année est « Bienvenue dans la ville sans voitures », et l’événement s’est doté d’un jovial porte-parole en la personne de l’humoriste Laurent Paquin.

La philosophie de cette journée est tellement proche de ce qui sous-tend le code de la rue que je ne pouvais la passer sous silence. En fait, je ne résisterai même pas à la tentation de vous livrer des extraits de la mission, telle qu’on peut la détailler sur le site officiel :

L’objectif est de favoriser une réflexion commune et de contribuer à faire changer durablement les comportements en faveur de modes de transports collectifs et alternatifs.

Les transports étant responsables de 47 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) et de 10 % des maladies respiratoires dans la région métropolitaine de Montréal, l’événement vise à inciter la population à changer ses habitudes de déplacements en faveur des modes de transports collectifs et actifs.

[…]

Montréal a déjà fait son choix et s’inscrit dans ce mouvement en participant avec succès depuis sept ans à la journée En ville sans ma voiture ! Montréal, la plus petite des grandes métropoles du monde, peut gagner ce pari de sensibilisation populaire. En s’offrant une ville sans voitures, l’espace d’un jour, la population active du centre-ville entre dans le rêve d’une ville d’avenir éco-responsable.

[…]

La congestion continue de croître à Montréal comme dans les autres grands centres urbains de la planète. En plus des problèmes rencontrés dans les différents points d’accès à l’île de Montréal, le centre-ville fait aussi l’objet d’une congestion de plus en plus importante.

Dans ce contexte, ce secteur de la ville revêt une importance symbolique : le centre-ville est le cœur de l’activité économique de Montréal et l’un des plus importants points de convergence vers les lieux d’emploi et d’étude dans la région métropolitaine.

Notons que cette journée internationale concernera chez nous les villes de Montréal et de Québec, cette dernière ayant inscrit l’événement dans sa Semaine des transports collectifs et actifs (STCA), une autre émergence de cette tendance positive à reprendre la ville aux autos. En passant, les concepts de transports collectifs et actifs méritent qu’on y réfléchisse, car il y a probablement dans cette collectivité et dans cette activité les germes des solutions à beaucoup de nos problèmes…

Rendez-vous donc du 16 au 22 septembre à Québec pour la STCA 2009, et le 22 septembre à Québec et à Montréal pour En ville sans ma voiture !


Rouler dans les grandes villes… sans voiture

29 Juin

mozaique

Voici quelques pistes intéressantes, des idées, des coups de cœur et des coups de gueule, dont le point commun est la place des «autres» moyens de transport urbains.

Ce clip américain en 3D décrit en détail un projet de loi visant à ajuster du code de la route pour le bénéfice des cyclistes. En gros, il leur permet de considérer les panneaux d’arrêt comme des «cédez le passage», ce qui dépénalise le fait de traverser un carrefour sans marquer un réel arrêt. Ce genre de code de la rue abrégé semble être en vigueur en Idaho, mais vient malheureusement d’être rejeté par l’Oregon.

Toujours au chapitre du cyclisme urbain, voici un réseau cyclable en plein Paris… transformé en véritable parcours du combattant pour adeptes du vélo extrême ! C’est bien sûr un montage, mais ça en dit long sur le non-respect des voies cyclables.

Dans les agglomérations chinoises, un étudiant américain constate l’essor des bicyclettes électriques, qui permettent parfois de déplacer des familles entières selon des normes de sécurité assez… exotiques !

Direction Phoenix (Arizona) pour une visite de son tramway flambant neuf. C’est beau de voir que le changement de mentalités s’étend jusqu’aux États du Sud, traditionnellement attachés au pétrole et encombrés de véhicules énergivores.

Retour chez nous, où l’idée de l’indépendance énergétique semble faire tranquillement son chemin.

À suivre, dans une rue près de chez vous.


Le bon côté de la récession?

6 Fév

Équiterre

Je sors momentanément ce blog de son hibernation pour relayer quelques bonnes nouvelles dans l’actualité un peu morose de ce début d’année.

D’ailleurs, si quelqu’un risque de profiter de la crise qui semble freiner la consommation, ce pourraient être les piétons, les cyclistes, les coureurs et autres adeptes du transport gratuit ! Même le réseau de transport en commun devrait logiquement bénéficier du désamour de nos concitoyens pour leurs voitures…

Bref, le bon côté de la récession, c’est qu’elle nous contraint, individuellement et collectivement, à surveiller et à restreindre notre consommation.

*

Plus concrètement, l’organisme Équiterre vient de faire paraître son bulletin consacré au transport écologique, et, si on n’y parle pas encore du code de la rue, plusieurs faits retiennent l’attention.

L’essor remarquable des transports en commun de la grande région de Montréal, dû, entre autres choses, à «l’augmentation des coûts de l’essence et de la conscientisation de la population aux enjeux écologiques».

– La promotion très claire des alternatives à l’auto-solo par la Société des Transports de Laval.

– Au provincial, les nouveaux crédits gouvernementaux pour l’amélioration du service dans les transports en commun.

– Le succès du test de piétonisation de la rue Sainte-Catherine qui a eu lieu l’été dernier, et dont les résultats contredisent ceux qui pensent encore que la fréquentation baisse quand les autos ne passent plus !

– Un peu plus loin, un coup d’œil à New York, qui veut faire plus de place au vélo. Si eux peuvent le faire…

– … sans oublier la raison d’être de ce bulletin : la promotion du cocktail transport, ou l’art de repenser ses déplacements en réduisant son empreinte écologique.

*

À croire que les bonnes idées germent sous la neige… Bon hiver !


Le tram selon Projet Montréal

4 Déc

Projet Montréal

C’est hier, 3 décembre, que le parti politique municipal Projet Montréal a dévoilé sur son site Web sa vision du futur tramway montréalais. Richard Bergeron, urbaniste et aspirant-maire, fait l’apologie du renouveau de ce mode de transport, qualifié de moyen de réinventer la ville, et illustre sont projet urbain avec plans et visuels plutôt alléchants.

Cœur de cette présentation, le document Réussir le retour du tramway à Montréal (PDF) résume l’enjeu et démontre l’ambition de l’équipe. Les concepteurs nous offrent une démonstration de faisabilité sur trois artère stratégiques : le boulevard René-Lévesque, le boulevard Notre-Dame Est, et l’avenue du Mont-Royal. Cette dernière a même droit à un traitement de faveur, puisque Projet Montréal envisage deux aménagements, dont un qui exclut toute circulation automobile !

Voilà donc un projet qui affirme une vision audacieuse, au risque de se mettre à dos certaines catégories d’usagers, principalement les défenseurs de l’automobile. Mais le choix qui consiste à privilégier les transports en commun et les déplacements non motorisés recoupe largement les principes de notre code de la rue.

Les élections municipales sont dans moins d’un an – eh oui ! – et on mesurera à cette occasion la réaction collective à ce genre de propositions.

(Merci à Seb pour l’info)