BIXI qui rit, BIXI qui pleure…

BIXI

Retour à la cause du Code de la rue, alors que le printemps (l’été ?) précoce a permis au adeptes des transports doux de commencer leur saison particulièrement tôt…

Cette semaine, c’est bien sûr BIXI, le service de vélo communautaire de Montréal, qui fait la manchette. Plutôt deux fois qu’une.

(Semi) lancement

Mardi 12 mars, les officiels (les responsables du projet, le maire de Montréal et une poignée de journalistes) ont donc donnée le coup d’envoi officiel de BIXI. Après l’installation des bornes-stations, c’était pour la plupart des Montréalais l’occasion de voir de près ces vélos d’un nouveau genre. Beaux, solides, modernes, étaient des qualificatifs qui revenaient souvent.

Hélas, trois autres adjectifs émaillaient les conversations. Rares : beaucoup de stations n’existent encore que sur le papier. Si vous n’habitez ni le centre-ville, ni le Vieux-Montréal, ni le Plateau, soyez patients. Compliqué : le service de réservation a laissé plus d’un usager perplexe, et on a cru comprendre que Gérald Tremblay lui-même… Cher : beaucoup estiment que 78 $ pour l’abonnement annuel est un coût élevé, surtout si on le compare au prix d’un vélo usager.

Scandale 2.0

Ce même 12 mars, une nouvelle fait des vagues dans la blogosphère et dans les médias : Patrick Lagacé révèle dans La Presse une manœuvre pour le moins douteuse mise au point par l’agence Morrow Communications pour le compte de son client, Stationnement de Montréal. Trois faux blogueurs, un faux blogue, une fausse page sur Facebook, un faux réseau de… vrais amis ! Le but de cette manipulation ? Promouvoir BIXI. Bien sûr, l’agence fautive et son client se réfugient derrière les « nouveaux moyens de rejoindre le public » et nient tout dérapage éthique.

Les réactions sont assez partagées, mais la plupart de observateurs s’accordent pour dire que ce n’était certainement pas la meilleure façon de faire parler du cyclisme urbain.

Ironiquement, À vélo citoyens, le «faux» blogue aujourd’hui rebaptisé «blogue de BIXI», était un des rares médias à avoir parlé du Code de la rue !

Publicités

2 Responses to BIXI qui rit, BIXI qui pleure…

  1. Cher, quand même un peu en effet. Mais dans un soucis d’encourager le cocktail transport, les abonnés communauto au forfait auto+bus ont désormais 50% de réduction s’ils ajoutent un forfait bixi annuel.

    auto+bus+vélo pour environ 80$ par mois ? ça se prend bien ! Si on a un stationnement bixi à côté de chez soit 😉

  2. ysengrimus dit :

    C’est, dans ma classification, un blogue thématique…

    http://ysengrimus.wordpress.com/2009/07/15/typologie-des-carnets-blogues-electroniques/

    … qui a voulu emprunter la voie de la cyberfiction. Maintenant, il doit assumer le retour du manche. Je coir que les consommateurs jugeront le produit, pas la campagne.
    Paul Laurendeau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :