Broadway… sur Sainte-Catherine !

28 Mai

Sainte-Catherine

Pour faire suite au précédent billet, prenez note que les Montréalais aussi pourront avoir dès aujourd’hui un aperçu de l’ambiance d’une rue commerçante rendue aux piétons. Pour la deuxième année consécutive, la très populaire rue Sainte-Catherine sera fermée au traffic automobile entre Berri et Papineau, et ce jusqu’au 8 septembre.

Hormis les quelques efforts d’adaptation (livreurs, riverains, etc.), l’opération a donné des résultats positifs en rendant le secteur plus accueillant aux piétons de toutes sortes, et en favorisant les commerces concernés.

L’arrondissement prévoit une batterie d’activités pour tous les âges et tous les goûts, et ne manque pas de souligner l’aspect écologique de cette décision.

Parallèlement, on attend toujours des nouvelles de la piétonnisation définitive de la rue du Mont-Royal que cet exemple pourrait inspirer.

Ce qui pourrait sembler être une expérience touristique, puisqu’elle ne concerne pour l’instant que la période estivale, est-elle un signe de changement pour nos villes ? Sortirait-on du paradigme désuet selon lequel là où l’automobile n’accède pas, il n’y a pas de vie ?

Allez marcher sur la «Sainte-Cath Est», cet été, et vous verrez que la vie n’a jamais été aussi présente.

Publicités

On Broadway

25 Mai

Broadway

Quelque chose est vraiment en train de changer dans les mentalités collectives. Et ce que le peuple veut, les élus finissent généralement par l’accorder. Surtout quand la requête émane du bon sens.

Je cite La Presse : « L’une des avenues les plus embouteillées au monde, Broadway, a été transformée en zone piétonnière, dimanche, à Times Square, coeur de New York, et Herald Square, où se trouve le célèbre magasin Macy’s. »

Une nouvelle manifestation écologiste, comme notre journée En ville sans ma voiture ? Eh bien non, cette portion de métropole hyper-encombrée devrait adopter sa vocation piétonnière ad vitam æternam !

Vous trouverez des détails dans l’article du New York Times. De quoi donner des idées à nos municipalités…

Mise à jour : prévoyez votre crème solaire, les transats sont fournis !

(Merci à Geneviève Lefebvre pour les liens)


BIXI qui rit, BIXI qui pleure…

15 Mai

BIXI

Retour à la cause du Code de la rue, alors que le printemps (l’été ?) précoce a permis au adeptes des transports doux de commencer leur saison particulièrement tôt…

Cette semaine, c’est bien sûr BIXI, le service de vélo communautaire de Montréal, qui fait la manchette. Plutôt deux fois qu’une.

(Semi) lancement

Mardi 12 mars, les officiels (les responsables du projet, le maire de Montréal et une poignée de journalistes) ont donc donnée le coup d’envoi officiel de BIXI. Après l’installation des bornes-stations, c’était pour la plupart des Montréalais l’occasion de voir de près ces vélos d’un nouveau genre. Beaux, solides, modernes, étaient des qualificatifs qui revenaient souvent.

Hélas, trois autres adjectifs émaillaient les conversations. Rares : beaucoup de stations n’existent encore que sur le papier. Si vous n’habitez ni le centre-ville, ni le Vieux-Montréal, ni le Plateau, soyez patients. Compliqué : le service de réservation a laissé plus d’un usager perplexe, et on a cru comprendre que Gérald Tremblay lui-même… Cher : beaucoup estiment que 78 $ pour l’abonnement annuel est un coût élevé, surtout si on le compare au prix d’un vélo usager.

Scandale 2.0

Ce même 12 mars, une nouvelle fait des vagues dans la blogosphère et dans les médias : Patrick Lagacé révèle dans La Presse une manœuvre pour le moins douteuse mise au point par l’agence Morrow Communications pour le compte de son client, Stationnement de Montréal. Trois faux blogueurs, un faux blogue, une fausse page sur Facebook, un faux réseau de… vrais amis ! Le but de cette manipulation ? Promouvoir BIXI. Bien sûr, l’agence fautive et son client se réfugient derrière les « nouveaux moyens de rejoindre le public » et nient tout dérapage éthique.

Les réactions sont assez partagées, mais la plupart de observateurs s’accordent pour dire que ce n’était certainement pas la meilleure façon de faire parler du cyclisme urbain.

Ironiquement, À vélo citoyens, le «faux» blogue aujourd’hui rebaptisé «blogue de BIXI», était un des rares médias à avoir parlé du Code de la rue !